Menu


Story Archive

Nouvelle-Écosse

Ceinturée par la baie de Fundy, le golfe du Saint Laurent, le golfe du Maine et l’Atlantique, la Nouvelle-Écosse se définit par la mer. Que vous exploriez les falaises accidentées de sa côte, ses longues plages de sable ou encore son arrière-pays, où de vastes pinèdes sont percées de lacs et de chutes spectaculaires, l’eau est toujours à proximité. Les Français ont été les premiers Européens à y poser le pied, se sont établis aux côtés des Mi’kmaqs et ont donné à l’île son nom de péninsule acadienne → Lisez l’histoire


Nunavut

Le Nunavut, qui a été établi le 1er avril 1999, est le plus jeune des territoires canadiens. L’inuktitut et l’inuinnaqtun, les langues inuites, de même que l’anglais et le français, sont toutes des langues officielles du territoire. Le mot « Nunavut » signifie « notre territoire », et les paysages spectaculaires du territoire sont à la fois d’une beauté saisissante et d’une grande richesse naturelle → Lisez l’histoire


Des racines canadiennes en plein cœur de Londres

Qu’il s’agisse de commerçants qui, au 18e siècle, se rencontraient à la Garraway’s Coffee House, de propriétaires de places à poutine à Shoreditch ou du gouverneur de la Banque d’Angleterre, les Canadiens ont de tout temps fait leur marque à Londres → Lisez l’histoire


Le patrimoine architectural façonne la ville et la place

Le respect des Londoniens pour leur histoire architecturale est un atout précieux pour le Royaume-Uni. L’architecture façonne la ville de Londres et témoigne de l’époque où les immeubles ont été construits. Sur la place Trafalgar, les deux immeubles qui forment le front ouest se classent au deuxième rang de l’ancienneté après l’église de St. Martin’s in the Field. La rénovation qui a eu lieu dans les années soixante n’était pas très axée sur la préservation du patrimoine; ainsi, dès les débuts du projet de revitalisation, le Canada était déterminé à faire preuve de sensibilité à l’égard de l’immeuble et de ses alentours → Lisez l’histoire


Québec

Autrefois appelé le Bas Canada, le Québec compte parmi les quatre provinces fondatrices du Canada. Il est le cœur de la culture française en Amérique du Nord. Étant la plus grande province au Canada, il occupe une superficie qui fait environ trois fois celle de la France. Avant le contact avec les Européens, le Québec était habité par les Inuits et par les Premières nations algonquines et iroquoises. Il tire son nom du mot algonquien « kébec », qui signifie « là où la rivière rétrécit » → Lisez l’histoire


Miriam Rudolph, My Winnipeg IV, 2013
Détail de l’oeuvre Miriam Rudolph, My Winnipeg IV, 2013

Manitoba

Dans la langue des Cris, Manitoba signifie « là où vit l’esprit ». La province a commencé à se moderniser lorsque Thomas Douglas, le cinquième comte de Selkirk, s’est servi de son argent et de ses liens politiques pour se procurer des terres et établir de pauvres familles écossaises en Amérique du Nord britannique. D’abord en 1803, il a aidé des colons venus d’Écosse à s’installer à l’Île du Prince Édouard. En 1804, il s’est concentré sur le Haut Canada → Lisez l’histoire


Territoires du Nord-Ouest

En Inuktitut, on désigne les Territoires du Nord-Ouest de « Nunatsiaq », ce qui signifie « territoire magnifique ». S’étendant sur plus de 1,3 million de kilomètres carrés, les Territoires du Nord-Ouest comprennent le Grand Lac de l’Ours, le plus vaste lac du Canada, et le Grand Lac des Esclaves, plan d’eau le plus profond en Amérique du Nord. Le fleuve Mackenzie, long de 1738 km, circule depuis le cœur du continent jusqu’à l’océan Arctique, en passant à travers les canyons de la Réserve du parc national Nahanni, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, et les îles de l’archipel arctique canadien → Lisez l’histoire


Île-du-Prince-Édouard

L’Île-du-Prince-Édouard porte le nom du père de la reine Victoria, le duc de Kent et de Strathearn. La province a été l’hôte de la Conférence de Charlottetown de 1864, une étape importante dans la création du Canada, et est désignée comme le « lieu de naissance de la Confédération ». Malgré sa participation précoce dans les discussions, l’Île-du-Prince-Édouard ne s’est pas jointe au Canada immédiatement. L’Î.-P.-É. est devenue la septième province en 1873 → Lisez l’histoire